PÉROU

Le Pérou fût une très belle surprise pour nous. Au delà des classiques tels que le Machu picchu, nous y avons découvert un pays à l’histoire fascinante, à la culture bien vivace et aux paysages étonnants. Berceau de la civilisation inca, randonnées en haute montagne, lagunes turquoises, canyons, lamas, nous ne pouvons pas nous ennuyer. Nous y avons séjourné environ un mois ce qui nous a permis d’appréhender ce pays si grand et si différent du nord au sud. Mais nous aurions pu y rester plus longtemps tant il regorge de découvertes culturelles, archéologiques et de grands espaces pour s’adonner à la randonnée. 

Welcome to

PÉROU

Le nord du Pérou est encore très ancré dans les traditions andines. Dans la rue, les « mamitas » sont vêtues de façon traditionnelle. Leurs longs cheveux noirs sont tressés tandis qu’un petit borsalino tient en équilibre sur leur tête. Autour de leurs épaules, elles nouent l’aguayo, un carré de tissu coloré dans lequel elles transportent des marchandises pour les vendre au marché ou leurs bébés.  

RÉSERVE NATURELLE

 

 

Quelques jours après notre arrivée nous voilà à Paracas, une petite ville touristique, appelée aussi « El Chaco », qui est principalement le point de départ des excursions aux îles Ballestas et à la Réserve nationale de Paracas. Mais nous avons finalement choisi de nous rendre uniquement à la Réserve Nationale de Paracas car moins touristique surtout en choisissant l'option vélo ! 

Créer en 1975, la réserve nationale de Paracas recouvre le désert de la côte péruvienne sur 335 000 hectares. Sur un territoire à 65% maritime et 35 % terrestre, la réserve est un important sanctuaire naturel pour de nombreuses espèces de plantes, plus de 200 espèces d’oiseaux, 193 espèces de poissons ainsi que de nombreuses espèces de mammifères et reptiles. Mais c’est aussi un haut lieu de protection du patrimoine historique et culturel de Paracas alors qu’il renferme plusieurs sites archéologiques de la civilisation Paracas et autres cultures importantes de la région. Le tout sans oublier les paysages uniques de la côte désertique qu’on y trouve.

HUACACHINA

 

 

Difficile de croire qu’on allait se retrouver dans un désert de dunes du calibre des fameux déserts d’Arabie à peine à quelques heures de bus de la métropole Lima. Et pourtant… 5h de bus plus tard, à travers des paysages féériques de plages désertes, de monts et de vallées de pierres et de sable, s’élève Huacachina, un minuscule petit village oasis enfoui au beau milieu d’un immense désert de dunes de sable blanc. Ce n’est pas le genre de décor qu’on associe forcément au Pérou. ​

L’oasis est constituée d’un lagon bleu vert entouré de palmiers, le tout encerclé par des auberges, hôtels, restos et autres installations touristiques en tout genre. La légende court que chaque année, une sirène vivant dans le lagon s’empare de la vie d’un homme en le noyant impunément. Il y a d’ailleurs une statue érigée en son honneur à laquelle certains locaux font encore des offrandes. Il serait plus plausible d’associer les noyades fréquentes dans ce lagon à l’insouciance des quelques jeunes péruviens en état d’ébriété, et qui plus est ne sont pas de bons nageurs, qui décident de faire un p’tit plongeon au terme d’une soirée bien arrosée. D’autres puritains spéculent que les noyades fréquentes seraient dues aux crampes musculaires causées lorsque les eaux chaudes à la surface se mélangent aux eaux glaciales des profondeurs.

LA VILLE BLANCHE

 

 

Destination suivante : Arequipa ou la Ville Blanche, très rapidement, on tombe sous le charme de cette ville qui devient notre cité préférée et qui est selon nous, la plus belle de tout le Pérou. En effet, contrairement à la majorité des villes péruviennes de couleurs ocres, le centre d’Arequipa est occupé par d’anciens bâtiments coloniaux entièrement blanc, d'où son surnom. Il se dégage de cette Place d’Armes et des ruelles alentours une atmosphère très reposante et agréable. A chaque coin de rue vous y trouverez des petits cafés, des concept-store très sympa, mais aussi des boulangeries qui valent vraiment le détour, pour ce qui serait en manque d'un bon petit pain au chocolat : rendez-vous à La Despensa, Santa Catalina 302, Arequipa. Vous ne serez pas déçu ! Le meilleur moyen de visiter la ville est encore de se perdre dans ses petites ruelles, le centre-ville est tout simplement magnifique et facile d'accès.

COUVENT SANTA CATALINA

 

 

C'est à Arequipa que nous avons fait la découverte du couvent de Santa Catalina, ici le temps semble avoir suspendu son vol. Ce majestueux couvent de 2 hectares a été édifié en 1579 et accueillait au fil des siècles jusqu'à 500 religieuses. Aujourd'hui, la majeure partie de ce bel ensemble est réservé aux visites touristiques, mais une partie reste encore préservée du monde extérieur puisque les sœurs actuelles y vivent au quotidien.

En parcourant les ruelles de ce beau couvent, vous vous rendrez vite compte qu'il est très loin de ressembler aux autres. Cela est dû avant tout à l'organisation de la vie des sœurs autrefois qui vivaient ici recluses et coupées du monde, après avoir fait don d'une dot élevée au monastère qu'elles recevaient de la part de leur famille. Cet isolement afin de se consacrer à la religion était perçu comme une fierté de la part des familles des soeurs. A Santa Catalina, ces dernières bénéficiaient d'installations des plus confortables, ce qui leur permettait de vivre une vie légère. Les appartements sont spacieux et disposent tous d'une cuisine individuelle ainsi que d'une pièce pour loger les esclaves dont chacune disposait.

Par ailleurs, le couvent est inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO. Votre visite de ce beau monastère vous promet en effet, bien des surprises : depuis les couleurs vives de ses murs aux bâtiments grandioses qu'il habite, vous serez transportés des siècles en arrière assurément.

CANYON

 

 

Non loin de là se trouve le Canyon del Colca, un endroit encore peu fréquenté par les voyageurs. Il était considéré comme le plus profond du monde jusqu’à ce que son voisin le Canyon de Cotahuasi le déclasse de 130 mètres. Nous avons personnellement choisi le Colca Trek qui se déroule sur 2 jours et qui nous permet de nous découvrir un autre visage du canyon. Au programme : forêt de Cactus où vous goûterez le fruit du cactus (excellent), une randonnée dans le canyon avec vue sur les fameux condors, mais également une petite marche dans la Rock Forest encore grandement méconnue, au plus grand plaisir de nos yeux. 

LES VALLÉES ROUGES

Nous étions littéralement impatients de découvrir la Red Valley et la Rainbow Mountain, nous en entendions parler partout autour de nous. Un peu d'histoire pour commencer ! La montagne Vinicunca (Rainbow Mountain) était à l’origine complètement invisible car recouverte de neige. Avec le réchauffement climatique, celle-ci a alors dévoilé ses plus belles couleurs. La montagne aux sept couleurs a échappé au tourisme de masse jusqu’en 2016 où de nombreuses agences de Cuzco ont commencé à vendre des excursions pour que les touristes puissent la découvrir. La montagne Vinicunca est très protégée par les populations locales Quechuas qui vivent dans les petits hameaux situés dans ces montagnes. Les quechuas sont installés ici vivent de l’élevage notamment des lamas et alpagas que vous découvrirez sur la route. Avec l’activité touristique, ces populations arrivent aujourd’hui à vivre un peu mieux grâce aux bénéfices qu’ils perçoivent sur les entrées ce qui leur permet de réinvestir dans des activités productives pour leur communauté. La Rainbow Mountain doit ses couleurs à l’accumulation de sédiments depuis des millions d’années. C’est l’oxyde de fer qui permet d’obtenir la couleur rouge, le souffre qui offre la couleur jaune et le sulfate de cuivre qui donne le vert. Son aspect multicolore est donc totalement naturel et offre un véritable jeu de couleurs !

Pour pouvoir savourer cette vue un maximum, nous avons fait le choix de prendre une agence partant vraiment très tôt, c'est-à-dire avant 2h du matin afin d'y être avant tout le monde et nous avons vu juste. Sur notre retour nous voyons toutes les autres agences arrivées, ce ne sont pas plus 2 mini bus qui étaient garés sur le parking mais des cars entiers, 10, 20 et même 30 arrivaient... De la folie. 

La Rainbow Mountain est magnifique mais rien à voir avec la Red Valley qui mérite toute son attention, ses couleurs sont dignes d'une retouche des plus grands photoshopeurs, nos yeux n'avaient jamais vu pareilles couleurs. 

Petites notes à prendre vraiment en compte :

Cusco se trouve à 3399m d’altitude, ce qui est d­­­éjà considérable, mais la Rainbow Mountain monte jusqu’à 5000m d’altitude !

Il faut savoir qu’à partir de 2300m, on peut commencer à ressentir le soroche (mal des montagnes ou mal de l’altitude), il est donc important de comprendre ce que c’est et d’y être préparé : en altitude, le corps est en manque d’oxygène, ce qui s'exprime généralement par des nausées, maux de tête, fatigue.

Dans des cas très rares, il peut aller jusqu’à causer un œdème cérébral ou pulmonaire donc si vous souffrez d’une maladie ou condition, vous devez consulter votre médecin avant d’entreprendre le voyage.

Tout le monde ne ressent pas le mal de l’altitude de la même façon. Si vous arrivez à Cusco en avion, le corps le ressentira davantage qu’en bus où la montée est progressive.

Il faut éviter d’entreprendre tout effort physique la 1re journée à Cusco donc gardez l’excursion à la Montagne arc-en-ciel pour la 2e ou encore mieux la 3e journée en altitude. Ce sera beaucoup plus agréable croyez moi !

DIRECTION LE MACHU PICCHU

Le Salkantay Trek combine la beauté culturelle et naturelle du paysage autour de Machu Picchu. Le clou de la visite et la différence des autres options est le passage du Salkantay tout enneigé avec une hauteur de 6264m. Il est considéré comme la montagne la plus représentative de la province de Vilcabamba. De là, on passe à travers la forêt et la jungle afin de continuer vers Aguas Calientes et surtout vers le Machu Picchu. Ce trek est considéré comme le plus sophistiqué, et surtout, moins encombré de touristes que l’Inka-Trail ou le Jungle Trail. Au programme : des lacs, de la neige, des lamas et surtout un surpassement personnel. 

Le début d'une

MAGNIFIQUE EXPÉRIENCE

Le Salkantay Trek bonjour !

Suite

Chaque jour est différent, un paysage enneigé pour l'un, un lac turquoise pour l'autre, une vingtaine de kilomètres en moyenne mais par contre un émerveillement constant. Nous ne sommes pas de grands sportifs mais des personnes optimistes et en bonne santé, alors tout s'est extrêmement bien passé. Mais je tiens à souligner que le niveau de ce trek et moyen à difficile, mais que son altitude et sa longueur lui donne encore plus de difficulté, donc n'hésitez pas une fois de plus à prendre le temps de vous acclimater quelques jours avant. 

Quelques informations concernant les deux montagnes qui s'offriront à vous en arrivant au Machu Picchu :

 

La montagne Huayna Picchu :

  • La montagne Huayna Picchu est celle qui apparaît derrière la ville inca dans la photo classique de carte postale du Machu Picchu.

  • C’est ce qu’on appelle la «jeune montagne». La promenade le long de ses sentiers est reconnue comme l’une des promenades les plus incroyables de la planète.

  • Ses sentiers incas sont raides et étroits. Ils ont été construits sur le flanc de la montagne. Ils peuvent être effrayants pour les personnes ayant peur des hauteurs.

  • Si vous souffrez de vertige ou ne pouvez pas contrôler votre peur des hauteurs, vous feriez mieux de négliger cette montagne.

  • Huayna Picchu abrite un célèbre site archéologique appelé Temple de la Lune. Les Incas ont construit ce temple au milieu d’une grotte.

La randonnée au sommet de Huayna Picchu est plus verticale que la montagne du Machu Picchu. Cependant, l’ascension du Waynapicchu prendra moins de temps.

 

Le mont Machu Picchu :

  • La montagne Machu Picchu offre des routes moins raides, plus larges et moins effrayantes que Huayna Picchu.

  • Il est connu sous le nom de «vieille montagne». Dans leurs jupes, les Incas ont construit la ville inca qui aujourd’hui émerveille le monde.

  • La randonnée sur cette montagne convient aux touristes de tout âge. C’est idéal si vous venez avec des enfants ou des personnes âgées.

  • Il n’est pas nécessaire d’atteindre le sommet pour profiter du paysage. Au milieu de la route, vous pouvez prendre de bonnes photos de Machu Picchu.

  • Dans la montagne du Machu Picchu, il n’ya ni temple ni site inca.

Attention, il faudra prendre les billets à l'avance, la montagne Huayna Picchu quelques mois avant même...

DERNIÈRE LIGNE DROITE...

Voilà, après presque quatre jours et plus de 60 km d’efforts, on pénètre enfin dans l’enceinte du Machu Picchu. Avec émotion, il faut bien l’avouer. Une émotion renforcée par les circonstances : la pluie s’arrête et les brumes qui fermaient la vue s’écartent peu à peu. Instant de magie. On découvre l’endroit. C’est grand en fait, très grand. La cité en elle-même est merveilleuse, c’est vrai. Mais surtout, elle est intégrée dans un cadre naturel fantastique, sur un promontoire, entre des dizaines de montagnes abruptes. La plus merveilleuse des récompenses, après ces jours de marche dans les montagnes andines. Je vous laisse tout le plaisir de découvrir cette merveille juste en dessous !

Le fameux

MACHU PICCHU

© 2019 by MANON BARBETTE.

  • Noir LinkedIn Icône
  • Instagram